dimanche, 11 mai 2014

Fin de week-end...

mobile_picture

21:18 Publié dans Divers | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

jeudi, 17 avril 2014

Une nécessaire cohabitation à la CUS

La participation d’élus de tendances politiques considérées comme antagonistes au niveau de l’exécutif de la Communauté Urbaine de Strasbourg semble prêter à la polémique. Les ailes les plus marquées idéologiquement de gauche à droite élèvent des critiques au nom des identités partisanes. J’estime que l’élu à vocation à représenter l’ensemble des citoyens non pas exclusivement le militant d’un camp. Il est douteux par ailleurs que l’électorat de tel ou tel édile soit si figé que cela dans une famille politique donnée. Combien de citoyens, combien de militants ?

Je pense qu’aujourd’hui le système de désignation des élus communautaires invite à la composition. Il est impensable pour moi de voir exclure une part de nos concitoyens au prétexte d’un clivage partisan alors même que ces derniers ont effectué d’autres choix que les électeurs strasbourgeois. Il serait malsain que le parti socialiste strasbourgeois puisse monopoliser l’ensemble des places de l’exécutif communautaire alors même qu’une autre offre politique est majoritaire auprès des communes partenaires. Il en serait de même en sens inverse. L’exemple bordelais est à citer en la matière. En bonne intelligence, Alain Juppé a su composer une équipe pluraliste.

Le poids croissant des intercommunalités nécessite à mon sens d’ouvrir le débat sur leur mode de désignation. Le scrutin actuel indirect masquant une élection dans une autre n’est plus souhaitable.  Faut-il s’orienter vers un système à la proportionnelle avec des listes regroupant des représentants de l’ensemble des communes concernées ou assumer une territorialisation en  calquant le scrutin cantonal ? Je ne saurais le dire, chacun a ses avantages et ses désavantages. Je doute cependant que le Parlement se saisisse de cette question qui reste trop liée à celle du cumul des mandats avec en filigrane celle du cumul des fonctions qui lui est bien plus problématique.

Au demeurant, en intégrant davantage le processus de démocratie participative au sein du travail de cette collectivité, le clivage politique est-il une réelle nécessité dans le fonctionnement de ses instances ? La cogestion me semble préférable à un conflit de type guerre froide, tout local soit-il. Elle n’interdit pas le débat pour autant. Celui-ci doit concerner les élus mais également s’ouvrir au citoyen.

Les projets à gérer pour une collectivité territoriale nécessitent bien souvent davantage un esprit pragmatique qu’une vision orientée politiquement. C’est l’intérêt général qui doit primer, pour se faire, en l’état actuel, je pense que le choix fait d’une équipe composite pour oeuvrer à la C.U.S. va dans le bon sens. Il reste à voir sa pérennité dans la pratique, mais un pas en avant est réalisé.

 

17:11 Publié dans Strasbourg | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : strasbourg, politique, udi, cus | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

lundi, 24 mars 2014

Blanc = ma couleur de second tour

Ne souhaitant pas voter contre d'anciens colistiers dans le cadre de l'union mais ne voulant pas donner ma voix à l'UMP, je voterais blanc au second tour.

 

carreblanc.jpg

12:36 Publié dans Strasbourg | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mercredi, 12 février 2014

De l'extension du tram vers Kehl

Pour ma part, je suis partisan de l’extension de la ligne du tramway D vers Kehl.  Sa réalisation dans les meilleurs délais serait un signal fort pour conforter la vocation européenne de Strasbourg. Il s’agit d’évidence d’un investissement lourd en période de vaches maigres, pour autant, la symbolique qu’il véhicule est d’importance pour notre ville. Nous devons nous donner les moyens de cette ambition internationale.

Cette concrétisation des relations franco-allemandes de la véritable capitale européenne par une ligne de transports en commun reliant deux zones frontalières permettra une ouverture à 360° de notre métropole. Elle deviendra alors véritablement une ville sur le Rhin, là où elle est, aujourd’hui, davantage une cité vivant à côté d’un fleuve. Cet équipement permettra de développer et de reconnecter le quartier du Port du Rhin à notre agglomération. A mon sens, nous devons en profiter pour penser par ailleurs à une meilleure appropriation des berges du Rhin par le Strasbourgeois et réimaginer l’utilisation du jardin des Deux Rives. Ce dernier devrait sans doute être doté d’équipements complémentaires. Il est souhaitable de créer de véritables lieux de vie accessibles grâce à la meilleure desserte en transport en commun occasionnée par cette nouvelle extension des lignes de tramway sur les deux rives de ce fleuve. 

Le Rhin doit devenir plus qu’une simple ligne de démarcation entre deux territoires pour le Strasbourgeois ou son voisin direct Kehlois. Nous devons être vigilant à l’urbanisation de ce secteur et nous assurer de la création d’une porte d’entrée accueillante pour notre ville mais également un quartier où chacun aime à se rendre.

20:55 Publié dans Strasbourg | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook